a propos de moi...

Ma biographie

              La nature a toujours été un élément essentiel de ma vie. Mes parents ayant immigré en France pour fuir le régime franquiste, je grandis en région parisienne sur un terrain qui fit autrefois office de champ de bataille lors de la guerre de Cent ans avant de se transformer en cimetière. Je passai ainsi mes dix premiers printemps entouré d’os et de violence enterrés. Ce rapport particulier à la mort apparu si précocement semblerait aller à l’encontre du bon développement d’un enfant, pourtant cet ancien cimetière n’était pour moi qu’un terrain de jeu, d’insouciance et de bonheur. Nous vivions isolés de la réalité dans une cabane en bois, sans eau ni électricité, et seule l’école constituait un lien direct avec le reste du monde. Je passais le plus clair de mon temps à jouer dans le jardin, courir dans la forêt et grimper dans les arbres pour atteindre le sommet de la liberté.

Ce contact privilégié offrait néanmoins son lot de peurs: il n’y avait pas de volets aux fenêtres, et quand la nuit arrivait, les arbres se mettaient à danser au fil du vent, leurs ombres se cognaient, s’entremêlaient sur les murs de ma chambre, offrant un spectacle à la fois captivant et terrifiant. C’était comme une sorte de monstre vivant qui essayait d’avaler le petit de l’homme que j’étais. Ainsi naissait en moi ce conflit intérieur entre l’angoisse que je ressentais vis-à-vis de cette nature violente et le fait de me sentir parmi elle si heureux et en sécurité.

              Tout changea lorsque mes parents décidèrent d’habiter en ville. L’homme et ses faiblesses prirent le dessus sur mon existence qui en était alors pratiquement dépourvue : nous avions tout l’espace que nous voulions, mais nous nous retrouvions confinés dans une maison entourée de cent autres maisons dans une ville au cœur gris ; je n’étais qu’un enfant, mais je ne devins aux yeux des autres rien qu’un fils d’immigrés ; je devins violent car j’y avais trouvé là le seul moyen de me défendre de la bêtise des hommes. Je devins violent envers les autres, envers les animaux - accompagné de mon père, et donc envers moi-même. Enfin, l’amour ayant déserté le cœur commun de mes parents, la violence devint quotidienne à la maison, jusqu’au jour où se produisit ce qu’il m’était à l’époque impossible de concevoir : expatriés, nous ne pouvions compter que sur notre famille, qui constituait le noyau dur indispensable à notre survie ; le divorce de mes parents eut l’effet d’une bombe faisant exploser la cellule familiale et remettant en question ce que je considérais comme des vérités inébranlables. J’étais perdu et je sentis le besoin de partir pour tenter de trouver des réponses.

              L’homme m’avait éloigné de la nature mais ce fut également grâce à lui que je pus récupérer ma place auprès d’elle. Tous ces destins croisés ont, à leur manière, aiguisé mon mental et guidé mes pas vers la vie que je voulais avoir, l’homme que je voulais devenir. Je compris que comme tout être humain j’avais besoin des autres pour m’en sortir, et que même si mon enfance fut heureuse grâce à la nature, elle seule ne suffisait pas. « Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé » écrivit Christopher McCandless dans Into the wild après avoir mangé des graines toxiques, entouré de paysages à perte de vue mais avec un cœur irrémédiablement seul. Les moments où j’aurais pu tomber et ne plus me relever sont légion, mais chaque trébuchement fut suivi par une main tendue avec bienveillance, cette bienveillance dont j’essaie aujourd’hui de faire preuve auprès de mes proches et dans mon métier, c’est à dire le parachutisme. On pourrait se demander pour quelles raisons je pratique depuis maintenant trente-cinq ans ce sport extrême : vais-je chercher la mort ou la violence de l’air ? Est-ce un moyen de retrouver ce rapport ambigu que j’entretiens avec la nature, cet éternel besoin de me mettre en danger pour sentir sa présence ? Jouer avec la mort à chaque saut me permet-il de me rapprocher de la vie ? Ces questions peuvent toucher tous ceux qui ont un jour pris la décision de sauter d’un avion. Mais pour moi le parachutisme fut plus qu’un sport, ce fut une véritable école de vie. Ma colère intérieure est venue s’apaiser au contact de l’air, chaque chute agit comme un exutoire et me rapprocha un peu plus de la sérénité. La compétition m’a appris à me dépasser, l’enseignement, à accompagner les autres dans leur épanouissement personnel. Et au sol, ce sont des mains serrées, des sourires échangés, c’est un contact constant avec l’être humain. J’ai pu voir la vie défiler sous ses multiples facettes et parfois se métamorphoser devant moi car c’est un sport qui peut rendre heureux. L’enfant solitaire que j’étais a choisi un quotidien aux mille rencontres dont certaines ont transformé ma vie et la transforment encore aujourd’hui. C’est un flot incessant d’énergies colorées qui s’effleurent, s’entrelacent, parfois fusionnent, parfois rebondissent, mais dont je me suis toujours nourri.

              J’ai commencé à peindre en 2000 après le décès de mon père, ressentant le besoin d’exprimer une douleur que j’avais du mal à mettre en mots. Il me fallait peut-être sublimer toute cette violence liée à lui depuis ma naissance en quelque chose d’artistique, remplacer l’horreur par de la beauté. Cela dit, le dessin fut mon compagnon de toujours. Enfant, je prenais des cours d’art ; on avait chacun droit à un espace délimité pour peindre sur le mur, mais me sentant incapable de ne pas dépasser je finissais par prendre toute la place au détriment de mes camarades. J’avais besoin d’espace et d’éléments pour créer, je faisais des sculptures avec de la mie de pain, je cassais tout pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Je savais que rester curieux m’aiderait quoiqu’il arrive à avancer. C’est certes la douleur qui m’a poussé à faire des tableaux, mais la peinture m’aide aussi à m’apaiser par rapport aux tensions quotidiennes et à voir plus clairement le monde qui m’entoure. En effet, il existe des liens entre l’homme et la nature que j’ai voulu représenter par des lignes rappelant la molécule d’ADN. La nature finira toujours par reprendre le dessus sur l’homme dont la fin est inéluctable. Malgré cela, il convient à l’homme de se rappeler ceci : la tristesse, la violence ou les aléas malheureux de la vie ne doivent jamais l’empêcher de rester joyeux, tout comme un tableau ne doit cesser de briller par ses éclats de couleur malgré la sombre réalité qu’il pourra parfois dégager.

Ma peinture prend la forme d’un combat, un combat entre la nature et l’homme, entre la vie et la mort, et peut-être même celle de mon propre combat. Quelle est la finalité de l’homme sur la Terre ? Qui est le véritable maître, l’homme ou la nature ? La déchéance humaine est-elle certaine ? Ces questions resteront longtemps sans réponse mais il me plaît de penser que la peinture, ainsi que l’art en général, nous rapproche toujours plus de la vérité. Je continuerai donc à la chercher inlassablement au bout de mes pinceaux.

Mon portfolio